Villa Méditerranée

Centre international pour le dialogue et les échanges en Mediterranée

La Villa Méditerranée prolongera l’historique vocation d’ouverture au monde de Marseille, aspirant  à devenir un symbole légitime du dialogue entre les cultures et de la construction d’un espace de paix et de coopération.  L’originalité du projet Villa Méditerranée réside dans l’objectif rendre accessible au grand public des thématiques traditionnellement réservées aux chercheurs et aux experts. La Méditerranée forme le ciment d’une communauté de destins, dont il serait illusoire de se tenir à l’écart. D’une rive à l’autre les interactions sont permanentes : économie, environnement, urbanisme, (r)évolutions politiques…Mais d’un pays voisin à un autre, les perceptions peuvent aussi totalement diverger. Ce territoire entretient en effet depuis longtemps les préjugés et les idées toutes faites. La Villa Méditerranée s’est donnée pour mission – aussi exigeante que passionnante – de les dépasser. Elle ambitionne d’abord de devenir un lieu d’accueil et de mise en contact ouvert à tous les réseaux de coopération. Une plateforme d’échange et de ressources pour ces spécialistes d’organismes internationaux, de « think tanks », de collectivités locales et territoriales, de centres de recherches divers ou de milieux économiques. Colloques, conférences, rencontres.

Membres du projet :

– François DE BOISGELIN, directeur

– Nathalie ABOU-ISAAC, Pôle production

– Sandrine CHOMEL-ISAAC, Relations publiques et internationales

– Véronique CEAUX, Relations publiques et internationales

IIAC

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain

L’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du Contemporain (IIAC, UMR 8177 CNRS /EHESS) a été créé en 2006, à Paris, à partir de l’agrégation de cinq équipes de recherche.

Depuis 2010, le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » a engagé une réflexion sur les mécanismes qui visent à transformer les mémoires singulières des migrations en mémoires collectives et en une forme de patrimoine.

L’année 2013/2014 permettra d’explorer l’articulation entre des formes d’expressions privées et publiques de la mémoire.  Cette articulation sera envisagée à travers deux grands volets. Le premier porte sur les processus mémoriels à l’œuvre dans des dispositifs muséographiques et des créations artistiques et leurs effets potentiels sur les mémoires privées. Dans ce cadre, nous analyserons la réception et la réinterprétation des œuvres et du savoir véhiculé au sein des expositions ainsi que la manière dont ces différentes formes d’expression font surgir en aval des témoignages ou s’appuient en amont sur ces derniers, participant à la construction de la mémoire collective. Quels sont leurs impacts sur d’autres constructions mémorielles ou patrimoniales, à différentes échelles et dans la longue durée ? Le second volet porte sur les trajectoires singulières des acteurs (politiques, militants associatifs, scientifiques ou artistes) qui puisent dans la question de la mémoire une ressource symbolique, politique, à défaut ou à côté d’autres, et participent à l’émergence dans l’espace public de certaines thématiques, événements ou encore pratiques liées au passé. Il s’agira donc de se centrer sur la manière dont, dans leurs propres termes, ces acteurs investissent et mettent en forme, sur le long terme, certaines expressions du passé.

Membres du projet :

Claude FISCHLER, directeur

Evelyne RIBERT, chargée de recherche au CNRS

UMR TELEMME (CNRS-AMU)

Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée

L’UMR 7303 TELEMME dépend de l’Aix-Marseille-Université (Aix-Marseille I) et du CNRS (Institut national des Sciences humaines). Dans ce cadre, elle est principalement rattachée aux sections 33 « Mondes modernes et contemporains » et 39 « Espaces, territoires et sociétés ».

Créée en 1994 par Gérard Chastagnaret, dirigée ensuite par Bernard Cousin puis Jean-Marie Guillon, elle est, depuis 2012, sous la responsabilité de Maryline Crivello et Laure Verdon.

TELEMME est une UMR pluridisciplinaire regroupant géographes, spécialistes de l’aménagement, historiens médiévistes, modernistes et contemporanéistes, hispanistes et ethnolinguistes.

TELEMME est la seule UMR en Sciences humaines dont les orientations portent spécifiquement sur l’Europe méditerranéenne. Pluridisciplinaire, elle a pour autre originalité de réunir principalement des géographes et des historiens, tous spécialistes de l’aire méditerranéenne, de la Péninsule ibérique aux Balkans, en passant par la France méridionale et l’Italie. Son champ chronologique s’étend du Moyen Âge à l’époque la plus contemporaine. Son sigle affiche ses domaines de compétence.

Laboratoire d’accueil de l’École doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés », TELEMME est liée aux formations de recherches de l’Aix-Marseille-Université en Aire culturelle romane, Sciences géographiques et de l’aménagement, Histoire et Humanités.

Au sein de la MMSH, TELEMME est partie prenante des pôles Cartomundi, Euroméd, Images et sons, ainsi que de la médiathèque où sont déposées toutes les publications de ses chercheurs et des étudiants qu’ils dirigent.

Trois membres du laboratoire participent à l’Atelier numérique :

Maryline Crivello est Professeur des universités en histoire à l’Université d’Aix-Marseille, Directrice du Laboratoire TELEMME. Ces champs de recherche principaux sont :

. Histoire de l’image et des médias (France-Méditerranée)

. Usages publics de l’histoire (France-Méditerranée)

. Usages du numérique et mobilisation du passé

. Individu, récit, histoire

. Représentations contemporaines de la Révolution française

Stéphane Mourlane est Maître de Conférence en histoire contemporaine à Aix-Marseille-Université. Il dirige le groupe Telemme-Migrations avec Virginie Baby-Collin. Ces champs de recherche principaux sont :

•    Relations internationales depuis 1945 (France-Italie-Europe-Méditerranée)
•    Relations culturelles internationales en Méditerranée au XXe siècle : institutions culturelles, échanges intellectuels, pratiques sportives.
•    Immigration italienne en France à l’époque contemporaine.

Sophie Gebeil, Doctorante en histoire contemporaine (dir. Maryline Crivello) et ATER ASPE. Sa thèse porte sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français qui se fonde sur un corpus de sites archivés au dépôt légal du web français. Son carnet de recherche madi.hypotheses.org porte sur les relations entre Internet, histoire et mémoires, particulièrement dans l’espace méditerranéen. Ci dessous une présentation de son sujet de thèse dans le cadre des journées de l’ANR ECRIN en juin 2013 à Metz :

video metz

Le sens du projet de l’Atelier numérique de l’histoire et des mémoires en Méditerranée :

Les chercheurs de l’UMR Telemme prennent une part active depuis 2009 dans le programme transversal de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence (MMSH) « Lieux et territoires des migrations en Méditerranée XIXe-XXe siècles » (MIMED) (Cfr. p. 4, « Liens avec des programmes régionaux, nationaux et européens »).

L’étude des enjeux mémoriels en lien avec les phénomènes migratoires ont fait l’objet d’une réflexion suivie et soutenue au travers d’un atelier (Aix-en-Provence, novembre 2009) faisant bonne place aux questions méthodologiques. La réflexion s’est poursuivie dans une perspective internationale à l’occasion d’autres manifestations organisées par le programme MIMED : une école doctorale sur le thème « Territoires, pouvoirs, identités dans les Balkans contemporains » (Rhodes, septembre 2010) puis de deux séminaires : « configurations territoriales et frontalières à l’épreuve des mobilités et des migrations, XIXe -XIXe siècle » (Jérusalem, juin 2011) et « Mémoire des migrations » (New York, avril 2012) et un colloque « Migrations internationales et temporalités en Méditerranée, XIXe-XXIe siècle » (Marseille, avril 2013) dont trois sessions ont porté sur les questions mémorielles et patrimoniales.

Au sein de l’UMR Telemme, Virginie Baby-Collin et Stéphane Mourlane assurent la coordination de l’équipe « Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècle » http://telemmig.hypotheses.org/.

La vingtaine de chercheurs de cette équipe étudient les dynamiques migratoires d’un point de vue diachronique comme synchronique du XIXe au XXIe siècle, en accordant une attention particulière au devenir des « acteurs migrants », aux modes de « vivre-ensemble » dans les espaces de la migration ainsi qu’aux rapports sociaux et culturels induits par la gestion quotidienne de l’altérité. Parmi les principales interrogations figurent la manière dont les processus de constructions mémorielles, interrogent les relations entre processus d’identification et modes de territorialisation.

L’équipe sert aussi de support à la participation de l’UMR Telemme au programme de recherche soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR) « Écran et inégalités : les « Arabes » dans les médias français de 1962 à nos jours » (http://ecrin.hypotheses.org/) coordonné par Yvan Gastaut (Université de Nice). L’un des séminaires organisés par l’équipe en relation avec Maryline Crivello dans le cadre de ce programme (Cfr. p. 4, « Liens avec des programmes régionaux, nationaux et européens ») a été spécifiquement consacré au rapport entre Web et migrations. Ce séminaire a analysé le web « de l’intérieur » et questionner les nouvelles formes de sociabilité développées en ligne et ses interactions avec les pratiques sociales dites « réelles ». Le caractère « immatériel » de cette mise en réseau interroge également la notion d’espace : les liens créés en ligne structurent un nouvel espace largement imprégné de références à sa dimension réelle, pratiquée mais aussi imaginée.

Depuis la fin des années 1990, le laboratoire est engagé dans l’élaboration d’une expertise méthodologique en matière de numérique qui s’inscrit dans une dynamique partenariale avec la MMSH, l’INA-Méditerranée et le laboratoire ASTRAM (Arts, Sciences et Technologies pour la Recherche Audiovisuelle Multimédia). En relation avec la MMSH, le laboratoire s’est impliqué dès 1998 dans la création du Pôle Images-Sons et Recherches en Sciences Humaines à la MMSH. Ce pôle de compétences transversal vise à faciliter les recherches pluridisciplinaires en lien avec les nouvelles technologies multimédias et questionne les dispositifs visuels comme objet d’investigation et de représentation du réel. Ce partenariat a trouvé son prolongement en 2011 avec la création du Laboratoire d’excellence (LabexMed) obtenu par la MMSH. Le laboratoire s’est investi dans deux volets d’action du LabexMed : les Ateliers Thématiques de Recherches Interdisciplinaires (ATRI Patrimoine Patrimoine et Mémoire – M. Crivello et N. Moralès) et le Pôle « Humanités numériques » (V. Ginouvès). Le laboratoire Telemme a dans le même temps prolongé son expertise scientifique sur le numérique grâce à son engagement dans des projets euro-méditerranéens autour de la sauvegarde et de la valorisation du patrimoine audiovisuel.

De plus, en partenariat avec le laboratoire ASTRAM (J. Sapiéga), et le département SATIS (A.M.U.) le projet Je me souviens… de la Méditerranée (webdocumentaire sur la mise en scène des mémoires de la migration) s’est élaboré en lien avec Marseille-Provence 2013.

Enfin, ce projet s’élabore à partir d’une réflexion scientifique sur les pratiques numériques des mémoires de l’immigration déjà établie dans l’Unité articulé avec un projet doctoral sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1996 à nos jours (S. Gebeil). Le recours à des sources numériques issues du web en histoire est à l’origine d’un questionnement méthodologique et épistémologique en relation avec la création du dépôt légal du web en 2006. Enfin, la pluralité des mémoires exprimées dans ces dispositifs implique une interrogation sur les revendications qui y sont associées et sur les usages publics du passé.

Du point de vue des recherches menées par Sophie Gebeil, ce projet permet d’apprécier des problématiques qui s’inscrivent dans plusieurs champs de la recherche au premier rang desquels l’histoire des migrations et l’histoire du temps présent. Il questionne aussi les problématiques de l’histoire des médias, en particulier audiovisuels, qui nous invite à considérer le web en tant qu’intermédiaire dans la diffusion du passé mais aussi en tant qu’acteur de la mémoire. Ce projet s’inscrit également dans l’histoire culturelle à travers l’étude des processus de médiations et des pratiques culturelles propres au web.